MichelCastel.com

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi, 18 octobre 2018

Les refinancements BCE: une formidable opportunité pour financer la transition énergétique et climatique

Article publié sur Linkedin le 17/10/2018

           Dès 2019  la transition énergétique et climatique peut bénéficier d'un refinancement allant jusqu'à 130 milliards               d'euros auprès de la BCE ! 

 

La BCE va en effet réinvestir 130 milliards d'euros en 2019 correspondant aux remboursements à échéance des obligations qu'elle a achetées dans le cadre des interventions non conventionnelles dites du  "quantitative easing"(QE). Pourquoi ne pas en réinvestir l'essentiel dans des projets contribuant à la transition énergétique ? Il y a là une formidable opportunité de faire avancer très significativement la transition énergétique et climatique, le traitement de la pollution et des déchets.

C'est une action qui pourrait être engagée avant l'été 2019  pour les pays de la zone euro. En effet, alors que la BCE arrêtera en décembre son programme de rachat d'obligations publiques et privée réalisé dans le cadre du QE elle a déclaré le 13 septembre dernier que le montant des obligations ainsi achetées et arrivant à échéance en 2019 sera réinvesti en titres public mais aussi en titres privés, sans autre précision; et cela comme l'avait fait la Fed  entre 2014 et octobre 2017 après avoir mis fin à son propre QE. 
C'est cent trente milliards en 2019 et autant sinon plus pendant plusieurs années, le stock des titres du Système Bancaire Européen -SEBC- à amortir s'élevant à 2 500 milliards d'euros, à moins que celui-ci ne décide un jour d'arrêter ce dispositif avant son terme. 

Ces cent trente milliards d'euros pourraient ainsi être le plafond théorique des refinancements verts retenu pour ce remploi des titres arrivant à échéance. Mais outre son aspect politiquement provoquant pour les adeptes du laisse-faire, ou de la neutralité quand on parle de la politique monétaire à la BCE, il n'est pas nécessaire d'envisager un plafond aussi élevé pour faciliter le financement des énormes besoins de financement verts existants.
En effet, l'union Européenne estime que pour les 28 pays de l'Union il y a un besoin de 177 Milliards d'euros par an d'investissements additionnels pour atteindre les objectifs 2030 énergie et climat. Le montant est donc moindre pour les 19 pays de la zone euro. 
Le plafond de 130 Mds de refinancement n'est ni nécessaire ni souhaitable, et ce pour deux raisons. La première est que les porteurs de titres verts voudront très certainement en conserver une part très significative tant par choix de portefeuille que pour respecter notamment leurs engagements de type ISR (investisement socialement responsable) correspondant de plus en plus à la demande des épargnants. La seconde est de ne pas perturber inutilement le marché obligataire classique, déjà bousculé actuellement. Pour ce faire il est souhaitable de lui laisser une fenêtre d'accès au refinancement BCE significative. 


Au vu de ces deux facteurs qui doivent être pris on considération on avancera, puisqu'il faut bien avancer un chiffre, celui de 85 Mds de refinancement vert pour 2019, soit environ 66 % des 130 Mds actuels (chiffre qui n'inclut pas le refinancement habituel de la Banque Européenne d'Investissement (BEI) auprès de la BCE et qui comprend déjà des concours verts).

Au prorata des parts des pays dans le capital de la BCE cela donnerait un plafond de refinancement de 12,1 milliards pour la France, de 10,5 pour l'Italie et de 15,3 milliards pour l'Allemagne.

 

Pour tenir compte du temps nécessaire pour une montée en puissance de ces financements  verts (notamment de petits crédits verts titrisés, indispensables pour financer de petits projets par ailleurs forts utiles), la BCE devrait étudier la possibilité de mobiliser des titres verts déjà émis assez récemment (un an par exemple ?). A elle de placer le curseur pour à la fois amorcer le processus et laisser une place suffisante aux nouveaux financements et ce compte tenu du calendrier de ses tombées. 

Reste à définir les critères d'éligibilité de ces titres verts sous forme d'obligations d'une part (obligations vertes, obligations climat, obligations durables ou sociales connues sous des appellations comme " green bonds " et " social bonds " notamment ) et sous forme de titres négociables représentatifs de crédits verts titrisés- " asset backed securities "- d'autre part. C'est une question suffisamment complexe et clivante pour qu'à elle seule elle fasse capoter un tel dispositif ! Le risque étant,  bien sûr, le green washing.  

 
Néanmoins, vus les standards arrêtés sur le plan international, vu les exigences  des marchés des " green et social bonds " - même si des progrès restent à faire-,  vu ceux des" asset backed securities "  et vu tout le  soubassement intellectuel et statistique déjà disponible à travers les nombreuses études et travaux on peut considérer qu'il y a déjà ou il peut y avoir quasi immédiatement un environnement de nature à éviter des détournements manifestes. On citera les travaux européens : Le 24 avril 2018, la commission des Affaires économiques et monétaires du Parlement Européen a publié un rapport sur la finance durable qui servira de base de discussion à la Commission européenne pour un projet de directive sur la finance verte. On citera également ceux du Conseil de la stabilité financière sur la publication d'informations financières relatives au climat (TCFD) et ceux portant sur les ratios prudentiels visant à alléger les besoins en fonds propres pour les catégories de financements reconnus comme verts ( " green supporting factor ").  
En plus de ces cadrages institutionnels et/ou de marché, il ne faut pas oublier le rôle des analystes financiers de marché, des organismes labellisant ces produits, celui des ONG et des associations engagées dans la lutte pour la transition énergétique et climatique pour réduire les risques de dérapages;  sans parler de l'effet très dissuasif du risque de détérioration d'image pour des émetteurs qui se révéleraient peu scrupuleux.  
  
         
Dans un terme un peu plus éloigné, il serait  hautement souhaitable que pour les financements assurés par la voie du crédit (source souvent unique d'accès au financement pour les PME, les petites et moyennes collectivités locales, les associations et bien sûr les particuliers) un volet de réescompte soit ouvert. Ce serait utiliser la technique du  réescompte qui pendant très longtemps (et même jusqu'à la fin des années 90 en Allemagne) fut le support du refinancement structurel des banques auprès de leurs banques centrales. Réescompte de portefeuilles de crédits verts qui éviterait le détour coûteux de la titrisation et une marchéîsation inutile.  


Un dernier point, mais essentiel. L'annonce d'une telle politique par les autorités monétaires devrait être assortie de l'engagement d'en faire une politique durable et structurelle du refinancement des banques et des marchés pour dix ans; prorogeable si souhaitable.  

Il est d'autant plus important d'amorcer rapidement un tel dispositif que les risques d'une crise financière sévère se font de plus en plus présents et que si celle-ci éclate les financements de projet innovants et/ou à horizon de moyen - long terme seront repoussés à des jours meilleurs, comme cela a toujours le cas dans de telles situations. A l'évidence les financements de la transition énergétique et climatique  en feraient partie.


Ainsi, hormis le ciblage des refinancements par le BCE au lieu d'un refinancement à l'aveugle, le dispositif préconisé s'inscrit complètement dans la politique actuellement menée par les autorités monétaires. En outre, elle ne fait que décliner une des missions de la BCE  - article 2 des statuts du SEBC " Sans préjudice de l’objectif de stabilité des prix, le SEBC apporte son soutien aux politiques économiques générales dans la Communauté, en vue de contribuer à la réalisation des objectifs de la Communauté, tels que définis à l’article 2 du traité  (devenu l'article 3 de

l'Union) :
(... ) " L'Union établit un marché intérieur. Elle œuvre pour le développement durable de l'Europe fondé sur une croissance économique équilibrée et sur la stabilité des prix, une économie sociale de marché hautement compétitive, qui tend au plein emploi et au progrès social, et un niveau élevé de protection et d'amélioration de la qualité de l'environnement".
 

 

 

vendredi, 12 octobre 2018

Pourra-t-on inverser la courbe du réchauffement ?

 

le Cercle-les Echos du 12/10/2018- 

Point de vue de Jean Jouzel 

" L'Europe doit créer d'urgence une banque et un budget fédéral pour le climat "


Mon commentaire :
 

 La BCE va réinvestir 130 milliards d'euros en 2019 correspondant aux remboursements à échéance des obligations qu'elle a achetées. Pourquoi ne pas les réinvestir dans des projets contribuant à la transition énergétique ?

                           
*
Dans ce Point de vue du 12/10/2018 Jean Jouzel  demande que " L' Europe crée d'urgence une banque publique et un budget européen pour le climat".
Cette idée est plus que légitime et pertinente mais on peut craindre qu'elle ne demande plusieurs années avant d'aboutir, à supposer qu'elle aboutisse ce qui suppose l'unanimité des 28 ou 27 états. Unanimité sans doute obtenue qu'après un compromis qui pourrait fortement amputer les enveloppes jugées souhaitables. 
Alors en attendant et pour "amorcer la pompe" il y a une action qui pourrait être engagée dès janvier- du moins avant l'été- pour les pays de la zone euro. En effet, alors que la BCE arrêtera en décembre son programme de rachat d'obligations publiques et privée (réalisé dans le cadre du "quantitative easing") elle a déclaré qu'elle réinvestira le montant des obligations achetées arrivant à échéance en 2019 en  titres public mais aussi en titres privés; comme l'avait fait la Fed entre 2014 et octobre 2017. 
Le montant est d'environ 130 milliards en 2019 et sans doute autant sinon plus pendant plusieurs années. Au prorata des parts des pays dans le capital de la BCE cela donnerait 18,4 milliards pour la France, 16 pour l'Italie et 23,4 pour l'Allemagne. Certains états peuvent laisser de la place au secteur privé s'ils sont par trop contraints budgétairement. 
             

mercredi, 10 octobre 2018

Surendettement généralisé et risque sur le financement de la transition énergétique

Le Cercle-Les Echos du 10 / 10 / 2018 

Résumé - Le surendettement généralisé actuel est d'autant plus grave qu'il est négocié en temps réel de façon mondialisée. Sa crise provoquera notamment l'éviction du financement de la transition énergétique pendant plusieurs années

.
Après la BRI, le FMI tire la sonnette d'alarme à son tour. Et, comme l'a écrit  récemment  Nouriel Roubini, tous les ingrédients sont réunis pour qu'il y ait une crise financière. Sans être aussi précis que lui (en 2020) il est plus que probable que celle-ci éclate dans les 2 à 3 ans qui viennent. Elle sera plus grave que celle de  2007/2008 par la disparition des marges de manoeuvre pour la plupart des états et, sous poussée américaine, par les conséquences de la fin des taux d'intérêt très bas qui dévalorisera des milliers de  milliards de dollars de dettes négociables.
En effet à ce surendettement généralisé- auquel on pourrait ajouter entre autres les massifs rachats d'actions pour profiter des taux voisins de zéro, voire négatifs-  il ne faut pas oublier que ces dettes privées et publiques sont de plus en plus sous forme de produits négociables sur les marchés, c'est-à-dire  négociables en temps réel, de façon mondialisée, susceptibles d'énormes baisses instantanées de cours. Baisses qui influencent même indirectement l'appréciation implicite des crédits restés dans les portefeuilles bancaires. Les techniques de couverture deviennent alors inopérantes, la défiance se généralise et la liquidité  s'évanouit sur les marchés comme entre les banques. Et les fonds propres des banques - surtout  des plus grandes très mondialisées- pourtant bien renforcés depuis la crise de 2007/2008 peuvent ne pas suffire pour rassurer leurs contreparties et les faire échapper à la tourmente. Tous les pays, mais les pays émergents plus que tout autre, en feront les frais. Comme si cela ne suffisait pas il ne faut pas oublier que pendant ces périodes de crises financières l''urgence absolue de l'heure a toujours fait repousser à demain ou après-demain la quasi totalité  des projets d'investissement dès lors qu'ils sortent de l'ordinaire et/ou qu'ils sont lourds et longs avant d'être rentables.  Parmi les grandes victimes il y aura le financement de la transition énergétique, celui du traitement de la pollution et des déchets, de l'accès à l'eau notamment. Sans être la panacée universelle, la fin programmée des politiques accommodantes des banques centrales doit impérativement prendre en considération ces besoins de la transition énergétique et écologique. Voir à ce titre une proposition concernant les refinancements :
https://www.linkedin.com/pulse/pour-vraiment-verdir-le-financement-de-l%C3%A9conomie-michel-castel/

jeudi, 4 octobre 2018

Les cinq ingrédients qui préparent la crise de 2020

Les Echos- Nouriel Roubini - article du 04/10/2018

" Dix ans après la chute de Lehman Brothers en 2008, le risque d'une nouvelle déflagration est à nouveau élevé. Et, cette fois, les Etats surendettés ne disposent plus des mêmes armes pour y faire face".

Mon commentaire :

Tous les ingrédients sont réunis pour qu'il y ait une crise financière dans les 2 à 3 ans qui viennent, sans doute plus grave qu'en 2007/2008 par la disparition des marges de manoeuvre pour la plupart des états. Pour faire bonne mesure il ne faut pas oublier que pendant ces périodes il n'y a plus de projets significatifs ni d'argent pour financer les investissements lourds et longs avant d'être rentables. Parmi les grandes victimes il y aura le financement de la transition énergétique, du traitement de la pollution et des déchets, de l'accès à l'eau notamment. La fin programmée des politiques accommodantes des banques centrales doit impérativement prendre en considération ces besoins. Voir une proposition concernant les refinancements :
https://www.linkedin.com/pulse/pour-vraiment-verdir-le-financement-de-l%C3%A9conomie-michel-castel/ 

jeudi, 27 septembre 2018

Libérons de l'idéologie l'enseignement de la science économique !

Vendredi dernier, j’ai eu l’honneur d’accueillir au Parlement Européen la rentrée académique de l’Université Libre de Bruxelles, dont l’année 2018-2019 s’inscrira dans la dynamique de l’Europe de la connaissance. Ce fut pour moi l’occasion de remettre en cause la manière dont la science économique est enseignée dans la plupart des facultés et des écoles de commerce, mais aussi à tous les non-spécialistes. En effet, alors qu’elle est démentie presque en tout par le réel, la théorie néo-classique règne hégémoniquement depuis des décennies sur cet enseignement. Cette théorie que j’ose qualifier de pseudo-scientifique fournit la base idéologique au néo-libéralisme, dont les ravages humains et naturels sont à mes yeux l’un des facteurs essentiels de la colère qui s’exprime au fil des élections en Europe.

mon commentaire :

 

Le discrédit de la pensée et (à juste titre) des réalités communistes du XXème associé au triomphe de la pensée unique d'un libéralisme sans contrainte ni valeurs mettent en péril la plupart des sociétés et même l'avenir de l'humanité.

Phénomène particulièrement perceptible et ressenti comme tel dans les pays qui ont mené depuis l'après-guerre des politiques de type sociales démocrates. Politiques qui malheureusement ont fortement contribué à cette marchéïsation généralisée des économies, sans recul ni vision à très long terme. Quand de plus, et depuis 15-20 ans, ces pays n'ont pas su se réformer pour toujours assurer l'efficience de leurs actions contre la pauvreté et l'inégalité des chances il n'est pas étonnant que les fractures sociales s'aggravent et poussent les peuples à de nouvelles aventures dramatiquement dangereuses.

Libérons les intelligences de tout déterminisme économique et social et de toutes les pensées binaires.

 

- page 2 de 40 -