MichelCastel.com

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi, 2 juillet 2020

Après Karlsruhe la BCE doit changer sa communication

article publié sur LinkedIn le 02/07/2020


La crise entre la Cour de Karlsruhe et la BCE est maintenant terminée, la BCE acceptant de communiquer le contenu détaillé de ses comptes rendus des réunions de politique monétaire à la Bundesbank qui appréciera la proportionnalité du programme de rachat d'obligations au regard des effets secondaires sur les économies et les politiques budgétaires des Etats. Cette crise terminée, il est grand temps que la BCE change son argumentaire pour asseoir la politique monétaire qu'elle déploie.

Si l'objectif poursuivi, un taux d’inflation inférieur mais proche de 2% supposant de recourir à des moyens non conventionnels pouvait être avancé en 2014-2015  lorsque la Cour Constitutionnelle de Karlsruhe fut saisie par des plaignants allemands, il ne l'est plus aujourd’hui. Or la BCE continue à le répéter à tout bout de champ comme un mantra - surtout au lendemain de la décision du 5 mai de la Cour de Karlsruhe d'ailleurs ! -  

La BCE expliquait et explique toujours qu'il est nécessaire d'acheter massivement des obligations publiques des pays membres sur le marché secondaire pour maintenir des taux longs très bas et les moins différents possibles entre pays et pour que ces taux aient un effet sur les prix, " ceux-ci devant converger vers un niveau suffisamment proche, mais inférieur à 2 % ".

Aujourd'hui la conjonction des effets économiques et financiers durablement négatifs du Covid-19  et les besoins considérables et incontournables de la transition économique, font que l'objectif de 2 % d'inflation est totalement inopérant, presque dérisoire au vu des défis majeurs que la zone euro a à relever.  

" Tout le monde savait que cette absurdité était une mauvaise excuse pour éviter d'enfreindre formellement les règles. Tout le monde savait que l'objectif était d'empêcher les banqueroutes d'États et de maintenir le taux d'intérêt de leurs obligations à un niveau supportable." Andréas Fisahn " Karlsruhe et les rachats d'obligations de la BCE." traduit et publié dans la Revue "Les Possibles" n°24 -Eté 2020. L'auteur aurait pu y ajouter l'objectif de maintenir la stabilité du système financier (système bancaire et marchés de dettes) qui incombe à toutes les banques centrales.

Pour rester crédible, il est temps que la BCE réajuste son argumentaire par rapport à son action pour que, sans renier sa mission première de maintenir la stabilité des prix, elle mette en avant deux autres missions qui lui incombent au vu même des textes qui la régissent.

 En effet l'article 127 du Traité sur le fonctionnement de l’Union Européenne énonce les prérogatives de la BCE et stipule :

 « L’objectif principal du Système européen de banques centrales, ci-après dénommé « SEBC », est de maintenir la stabilité des prix.

Sans préjudice de l’objectif de stabilité des prix, le SEBC apporte son soutien aux politiques économiques générales dans l’Union, en vue de contribuer à la réalisation des objectifs de l’Union, tels que définis à l’article 3 du traité sur l’Union européenne ( à savoir) : l'Union œuvre pour le développement durable de l’Europe fondé sur une croissance économique équilibrée et sur la stabilité des prix, une économie sociale de marché hautement compétitive, qui tend au plein emploi et au progrès social, et un niveau élevé de protection et d’amélioration de la qualité de l’environnement."


Ce même article 127 ajoute, deuxième mission,  " Le SEBC contribue à la bonne conduite des politiques menées par les autorités compétentes en ce qui concerne le contrôle prudentiel des établissements de crédit et la stabilité du système financier."    

En ces temps de risques d'inflation très faibles mais aussi de quasi absence de risque de chute du niveau général des prix (mais pas des PIB en volume !), la BCE ne peut pas se focaliser sur les 2% alors que les défis à relever sont sans précédent en temps de paix.

D'objectif premier, la stabilité des prix doit devenir second par rapport à la stabilité du système financier (soubassement de tout fonctionnement économique et social) et par rapport au soutien aux politiques économiques et financières globales menées dans l'Union et avec le concours de l'Union.

Politiques monétaires et budgétaires -surtout depuis que l'UE s'est engagée financièrement en tant que telle pour des montants inenvisageables il y a quelques mois encore- doivent marcher de conserve dans le soutien des pays sans que pour autant la BCE se substitue à la responsabilité politique des gouvernements et initie des politiques d’offre et/ou de demande à la place des gouvernements.

Les Etats, partout dans le monde et à tout moment dans l'histoire moderne, sont les prêteurs en dernier ressort quand tous les agents économiques privés sont très fortement affaiblis. Les banques centrales le sont aussi, mais en seconde main, pour autant que la stabilité des prix, la robustesse du système financier et la crédibilité en la monnaie à court et moyen terme ne sont pas mis en danger.

L'UE est actuellement et pour plusieurs années dans cette configuration, ne nous cachons pas la réalité.

La clarté aidera à la responsabilité et il vaudrait mieux que la BCE explique sa politique de soutien aux économies (dont les Etats), au système financier et à la monnaie, le cas échéant, plutôt que de continuer à se cacher derrière le petit doigt de l’objectif des 2 % qui actuellement a perdu toute signification.

Ce nouveau paradigme doit être affiché et défendu par la BCE. Elle le ferait en rappelant solennellement que lorsque des risques inflationnistes menaceront à nouveau la zone euro et/ou la viabilité de l'euro, l'objectif de la stabilité des prix reprendra tous ses droits.

Le 12 décembre dernier Mme Lagarde a annoncé que la BCE allait engager une revue stratégique du cadre de sa politique monétaire et qu’elle devait aboutir avant la fin de 2020 ;  ce sera sans doute quelques mois plus tard vu les circonstances. La Présidente de la BCE affichait ainsi dès décembre qu’elle était consciente que la BCE devait réécrire son logiciel. Mieux vaudrait qu’elle ne tarde pas, la crédibilité de son action et la clarté de sa communication n’en seraient que plus grandes.

vendredi, 19 juin 2020

18 juin 2020: BCE et Parlement Européen réalisent un beau ratage !


Publié sur LinkedIn le 18 juin 2020 

Ce 18 juin le Parlement Européen a adopté les critères pour définir le champ des investissements durables. Ce même 18 juin, la BCE a ouvert un guichet permettant des prêts à long terme aux banques pour 1300 Mds € au taux négatif de - 1%.

Deux dispositifs qui s'ignorent superbement alors que ces prêts vont aider à la relance des économies de la zone euro et qu'ils auraient pu pour une part significative permettre en même temps aux banques de financer des investissements correspondants à l'un des six objectifs environnementaux permettant à une activité économique d'être labellisée écologiquement durable; Activité économique qui obtient ce labelle si elle contribue à au moins l'un de ces objectifs sans nuire de manière significative à aucun des autres.

Ces objectifs arrêtés par le Parlement sont:

- l'atténuation du changement climatique et l'adaptation à celui-ci;

- l'utilisation durable et la protection de l'eau et des ressources marines;

- la transition vers une économie circulaire, notamment la prévention des déchets et l'augmentation de    l'utilisation des matières premières secondaires;

- la prévention et le contrôle de la pollution; et

- la protection et la restauration de la biodiversité et des écosystèmes.

Par ailleurs, on rappellera que le 16 décembre dernier les Etats membres ont arrêtés des critères (taxonomie) suffisamment robustes pour pouvoir établir une liste fiable des investissements verts qui méritent un traitement différencié et favorable par rapport aux autres investissements.

Enfin, on rappellera également que la Commission estime que l'Europe a besoin d'environ 260 milliards d'euros d'investissements annuels supplémentaires pour atteindre les objectifs actuels de 2030 en matière de climat et d'énergie. Avec 20 % par exemple de ces 1300 Mds on pouvait d'un coup doter l'Union d'un outil puissant finançant la moitié ou le tiers de ces besoins au cours des deux ou trois prochaines années!  

Et cela avec un taux négatif de - 1%. On avait là une occasion exceptionnelle de produire une incitation puissante et vertueuse pour que la demande des agents économiques et l'offre bancaire se rencontrent pour booster la reprise et ce de façon vertueuse.

Et bien non, c'est raté.

La décision du parlement n'entrera en vigueur après sa publication au Journal officiel de l’UE.... c'est à dire bien après que la BCE ait à nouveau sorti l'artillerie lourde sans avoir ciblé les finalités de son action; action qui aurait pu à la fois aider puissamment à la relance et aux investissements "verts".


Ce n'est pas la première grande occasion ratée de soutenir les financements "verts"au niveau européen.

Déjà en janvier 2019 la BCE aurait pu profiter de l'amortissement en 2019 de 130 Mds d'obligations achetées dans le cadre du "quantitative easing" (Q.E) pour un remploi en refinancements "verts". Et en octobre 2019 Mario Draghi relançant le Q.E à hauteur de 20 Mds par mois aurait pu cibler de la sorte ces rachats. Or il n'en a rien été. Les semestres passent, les crises se succèdent et toujours rien !

mardi, 12 mai 2020

Pourquoi la Cour de Karlsruhe cherche t-elle à déstabiliser la BCE ?

Publié sur LinkedIn le 12/05/2020

L'Allemagne verrouille toujours le budget européen, retarde le plein fonctionnement du fonds de garantie des dépôts, corsète fortement le Mécanisme européen de stabilité (MES) , bloque les emprunts qui seraient émis solidairement par tous les pays de la zone euro. Mais il y a une institution qu'elle n'arrive pas à verrouiller depuis la crise de la zone euro à cause de la dette publique de plusieurs pays membres en 2011 /2012. Cette institution c'est la BCE.

En effet, le Président de la BCE, Mario Draghi, le 26 juillet 2012 déclara  "la BCE fera tout ce qui est nécessaire pour sauver la zone euro " (c'est le fameux " whatever it takes"). Peu après cette déclaration  des plaignants allemands saisissent la Cour Constitutionnelle de Karlsruhe mais la Cour de Justice de l'Union Européenne (CJUE) en 2015 ne suit pas son analyse. Peu après, une nouvelle offensive est lancée par un groupe mené par un influent entrepreneur allemand, Heinrich Weiss. La Cour de Karlsruhe transmet une question préjudicielle à la CJUE et cette dernière répond en décembre 2018 en validant le programme d'achat d'obligations d'Etat mené depuis mars 2015. Enfin, le 5  mai 2020 la Cour refuse de se plier à l'avis de la CJUE. Elle exige que la BCE justifie dans les 3 mois  la conformité des rachats de dette publique aux traités européens. Si elle en est incapable, la Bundesbank devra cesser d’ici trois mois de participer à ce programme de refinancement ; mais cela met en péril les refinancements en cours et potentiellement aussi - quoi qu'elle écrive- celui qui vient d'être arrêté pour faire face à la crise majeure déclenchée par le COVID-19, si un nouveau recours était lancé.

     
Pourquoi cette position aussi abrupte sur tous les fronts? Pour ce qui concerne la BCE- on ne regardera que ce front- c'est parce que  celle-ci pratique une politique monétaire adaptée à la majorité des pays de la zone Euro et pas à celle de l'Allemagne qui, elle, est en très bonne santé économique et financière mais qui doit faire face à un important vieillissement de sa population et donc assurer une forte accumulation d’épargne. Il faut se rappeler les propos de Bild qui a représenté Draghi en vampire suçant le sang des épargnants allemands, et une politique de taux bas qui rend plus délicat encore le financement des retraites par fonds de pension.  


Or il faudrait que les Allemands, intègrent le fait indiscutable, mais difficile à entendre, qu'un fraction croissante de leur épargne repose sur des économies réelles qui ne peuvent pas les rémunérer correctement ou en respecter la valeur en termes de pouvoir d'achat. Même bien protégée par un endettement national étonnamment faible par rapport à tous les autres pays de l'OCDE, et de la Chine, l'épargne allemande l'est beaucoup moins pour l'importante fraction investie dans de la dette étrangère pouvant comporter en plus un de risque de change. Qu'elle le veuille ou non une bonne partie de la valeur de cette épargne repose donc sur un environnement économique et financier international.


Notons qu'il n'y a pas que les épargnants Allemands qui sont dans cette situation. Tous les épargnants des pays développés supportent comme eux les taux très  bas et des risques de défaillances d'emprunteurs publics et privés dans des proportions sans précédents en temps de paix. En effet depuis le début des années 80  il y a une déconnexion considérable et croissante entre les dettes  -et donc les créances monétaires et financières- et les économies réelles. On est passé d'un rapport de 1 pour 1 entre l'endettement de l'ensemble des agents non financiers et le PIB avant cette période à près de 2 pour 1 juste avant la crise de 2008 pour être à environ 2, 5 juste avant le COVID-19. Et combien après ?  

C'est une situation financière mondiale fortement dégradée depuis 2008 à laquelle on s'est habitué et qui donne l'impression de ne pas faire problème parce que depuis cette période les banques centrales maintiennent une sur-liquidité qui permet cette fuite en avant. Mais jusqu'où et pour combien de temps ? Le COVID risque de précipiter les échéances.
il devra y avoir progressivement  une  certaine réconciliation entre le financier et le réel pour que ce dernier puisse en supporter le prix.  
Il n'y a que deux ajustements possibles dans des économies à la croissance durablement limitée, soit l'inflation qui lamine progressivement le pouvoir d'achat de l'épargne soit des taux d'intérêts réels négatifs qui en laminent durablement le rendement. 
 
Dans ce dernier environnement qui est le nôtre, ou l'ajustement  se fait par une violente crise sur les marchés de capitaux qui se traduirait par une dévaluation brutale de la valeur des avoirs financiers ( 20 % à 30 % ne sont pas à exclure) avec des effets immédiats catastrophiques -notamment par les effets de richesse-  ou il se réalise par une lente mais longue "répression financière", comme disent les économistes, sur le rendement de ces capitaux.
Ce dernier cheminement n'est pas plaisant mais il est nettement préférable au précédent car il évite des chocs frontaux massifs et totalement destructeurs.

Certes, le pire n'est jamais sûr mais on flirte d'autant plus dangereusement que l'Europe- malgré des engagements non négligeables ces derniers temps - laisse prévaloir l'idée au mieux qu'elle ne fait rien au pire qu'elle est nuisible car libérale et mondialiste.

L'arrêt de la Cour Constitutionnelle  de Karlsrhue tombe au plus mauvais moment. La solidarité est plus nécessaire que jamais car derrière d'évidentes disparités de situations entre les pays membres de la zone euro il y a des fondamentaux mondiaux autrement plus puissants qui peuvent même bousculer les pays et les économies les plus solides et conduire les autres à l'abîme. Espérons que la présidence tournante qui revient à l'Allemagne à partir de ce 1er juillet saura prendre des décisions qui aideront puissamment à faire face à tous ces enjeux sans être altérées par cette décision de la Cour de Karlsrhue.

nota : Il faudrait un autre développement pour décrire comment ce risque de surendettement croissant devient d'autant grave qu'il est apprécié et négocié mondialement, en temps réel, au comptant, à terme et de façon optionnelle en jouant sur les stocks de dettes (de plus en plus négociables par ailleurs ) et pas seulement sur les flux additionnels de capitaux.  

lundi, 20 avril 2020

Préfinancer tout de suite une assurance catastrophe sanitaire pour les TPE

texte enrichi par rapport à celui du 7 avril 2020

                                                                                                          

 

Le patron d'AXA  et la Présidente de la Fédération Française des sociétés d’assurance, Madame Lustman,  ont récemment esquissé un futur régime de catastrophe sanitaire. M. Bruno Le Maire, Ministre de l'Économie s'y est dit favorable, aussitôt après, le lundi 6 avril,  mais ajoutant "ça ne pourra s'appliquer évidemment qu'à l'avenir et pas au passé » . 

Entre temps le Président de la République et le Ministre de l'Economie ont demandé aux assureurs de se mobiliser, ce qu'ils font. Mais c'est en partie de façon dispersée, sans aucun effet de levier et de plus peu lisible par le grand public.  


C'est pourquoi je propose de mieux coordonner ces efforts au niveau de la profession et surtout de réaliser cet effet de levier plus que souhaitable par le lancement très rapidement  d’un emprunt groupé  émis par la profession. Ce serait en quelque sorte un préfinancement du mécanisme d'assurance catastrophe envisagé pour l'avenir et ce à la suite d’une négociation entre  l’Etat, les assureurs et les TPE pour une action conjointe qui permettrait de lever de l'ordre de 25 Mds€  de fonds à amortir par les trois parties prenantes sur quatre ans après un an de franchise.( voir ci-après). 


On ne peut pas en effet laisser les indépendants, commerçants, hôteliers, artisans, professions libérales mourir de leur belle mort parce qu'ils ont dû arrêter toute activité suite à une décision de fermeture administrative (par ailleurs totalement justifiée) ou par évaporation de l’essentiel de leurs clientèles.

Après prise en charge du chômage partiel, et  avant toute autre remise de dettes,  les pertes d’exploitation des TPE de moins de 10 salariés et moins de 2 millions de chiffre d’affaires pourraient être d’un peu plus de 25 Mds€, correspondant à un arrêt complet d'activité sur un équivalent de 3 mois (chiffre avancé pour donner un ordre de grandeur, pas davantage, tant il y a d’inconnues pour un simple observateur)  

Ce fonds commun, cet emprunt groupé – il y en a eu plusieurs émis par de grands secteurs d’activité entre 1947 et 1980-  de l’ordre de  25 Mds€ donc, pourrait être émis à un taux voisin de zéro en profitant de la bonne signature des assureurs français (qui n’ont pas besoin de l'Etat pour un rehaussement de leur signature et qui de ce fait réduirait à due concurrence son déficit et ses besoins de financement immédiats).

Vu la gravité de la crise  ce fond  devrait couvrir immédiatement 90% des pertes d’exploitation. En contrepartie, des primes seraient à payer pendant  quatre ans, après un an de franchise, afin d'amortir ledit emprunt. Ces primes seraient toutefois fortement allégées par une aide significative de l'Etat et des assurances. La clé de répartition pourrait être de 40 % pour l'Etat, 40% pour les professionnels et 20% pour les assurances  (avec toutefois une assiette pouvant monter à 95 % des pertes pour les entreprises qui avaient souscrit une assurance pertes d'exploitation). 


Il faudrait un accord de principe au plus vite (les modalités étant finalisées ultérieurement) pour redonner confiance et espoir à tous ces professionnels violemment touchés et leur permettre d'obtenir plus facilement un crédit garantis à 90% par l'Etat. Crédit, relativement peu élevé, mais presque toujours nécessaire pour couvrir les besoins en fonds de roulement liés au redémarrage de l’activité et pour tenir compte du fait que la reprise  d’activité sera généralement très progressive.
Ce taux de couverture de 90 %, voire de 95 %, donc très élevé et coûteux a par contre l’immense avantage  d'éviter des défaillances en chaîne au titre du crédit inter-entreprise, de permettre le paiement de la totalité ou de la quasi totalité des loyers (en fonction des efforts consentis par les bailleurs) et de permettre de payer les reports d'échéances (fiscales et sociales notamment).  

Un tel préfinancement est  vital pour la survie de beaucoup de ces commerces, hôtels, artisans et autres professions libérales de petite taille  qui sont  ce qui reste de commerce et des prestataires indépendants en centre ville (surtout pour les petites et les moyennes villes) et qui sont indispensables à la conservation d’une certaine qualité de vie et du lien social.

Enfin ce dispositif  serait l’amorce, bien reçue, du mécanisme obligatoire « d'accumulation de primes dans le temps pour couvrir les catastrophes sanitaires" avancé par les assureurs et bien accueilli par le Ministre et nombre de Parlementaires et d’acteurs économiques et sociaux. 

 

 



 



 

.  

 

 

 

mardi, 7 avril 2020

Une assurance catastrophes sanitaires : Oui, mais on ne peut pas attendre. On peut la préfinancer au moins pour les professionnels.

publié sur LinkedIn le 6 avril 2020


Le patron d'AXA vient d’esquisser un futur régime de catastrophe sanitaire.Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, s'y est dit favorable ce lundi 6 avril.

"Je souhaite qu'on puisse aboutir rapidement sur la définition d'un dispositif de catastrophe sanitaire qui puisse être couvert par les assureurs", a indiqué Bruno Le Maire lors d'une audition par visioconférence devant la commission des Affaires économiques du Sénat. "Mais ça ne pourra s'appliquer évidemment qu'à l'avenir et pas au passé », donc pas à la crise actuelle du coronavirus, a-t-il ajouté.

 Non Monsieur le Ministre ! On ne peut pas attendre.

On ne peut pas laisser les indépendants, commerçants, hôteliers, artisans, professions libérales mourir de leur belle mort parce qu'ils ont dû arrêter toute activité suite à une décision de fermeture administrative (par ailleurs totalement justifiée) ou par évaporation de l’essentiel de leurs clientèles.

Il faut, on peut, créer ce mécanisme immédiatement par un fonds commun à toute la profession des assureurs.

Ce fonds lèverait des capitaux à un taux voisin de zéro en profitant de la bonne signature des assureurs français.

Prise en charge du chômage partiel défalquée, il couvrirait immédiatement entre 80 à 85 % des pertes des professionnels touchés par l’effondrement de leur activité, avec en contrepartie des primes sur 4 ans, après un an de franchise. Elles seraient allégées par une aide significative de l'Etat et une participation également significative mais non excessive des assureurs, et variant selon l'existence ou non d'une couverture pertes d'exploitation pour les bénéficiaires. La clé de répartition pourrait être de 40 % pour l'Etat, 40% pour les professionnels et 20% pour les assureurs"


Ce pourrait alors, oui, être l’amorce du mécanisme « d'accumulation de primes dans le temps pour éventuellement couvrir les catastrophes sanitaires" évoqué d’abord par Madame Lustman, Présidente de la Fédération Française des Sociétés d'Assurances, le 20 mars dans les Echos puis par le Directeur Général d’Axa le 5 avril ; Madame Lustman disant dans cet interview qu'il fallait que ce soit l'Etat qui intervienne pour la catastrophe d'aujourd'hui mais que "Nous, nous pouvons venir en complément" .

Il faudrait un accord de principe au plus vite (les modalités étant finalisées ultérieurement) pour redonner confiance et espoir à tous ces professionnels violemment touchés et leur permettre d'obtenir leur part des crédits garantis à 90% par l'Etat alors qu'aujourd'hui ceux qui sont mal notées par la Banque de France ou ceux qui ne le sont pas (c'est -à- dire le plus grand nombre) n'en bénéficient qu'au cas par cas (cf. Les Echos du 3 avril).

C'est aussi vital pour la survie de ce qui reste de commerce indépendant en centre ville surtout pour les petites et les moyennes villes.  



____________________________________

une présentation a été faite sur France Inter  dans "La Chronique Eco" du samedi 18/04/2020 avec Marc Chevallier, rédacteur en chef d'Alternatives Economiques

https://www.franceinter.fr/emissions/la-chronique-eco/la-chronique-eco-18-avril-2020  

- page 1 de 11