MichelCastel.com

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Dettes publiques

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi, 20 avril 2016

Sauver la Grèce pour sauver l'Europe

   Editorial de Guillaume Maujean - Les Echos du 20 avril 2016 _ 

et  l'article des Echos du même jour " L'Argentine signe un retour triomphal sur les marchés après 15 ans d'isolement" 

"On peut tirer une leçon de la crise argentine : il y a une vie après le défaut de paiement"

mon commentaire :

"Il y a une vie après le défaut de paiement " écrit l'éditorialiste. Oui mais c'est après quinze ans; une demi génération ! Certes l'Argentine est loin d'être un modèle de vertu mais quelle économie peut vraiment se développer si elle est coupée des marchés financiers pendant quelques années alors que les marchés financiers tant en interne qu'en externe déterminent maintenant le financement de l'essentiel des appareils productifs et des Etats.
Et puis ce succès ne peut pas être acté sans mentionner que cette grosse demande vient largement du fait que le rendement offert est de 7,5 % à 10 ans alors que celui des émissions des pays dits sûrs est très très faible. Qu'en aurait -il été si les investisseurs qui ne savent plus où placer leurs capitaux- amenés à presque subventionner les meilleures signatures- avaient des conditions normales de rémunération ?

samedi, 15 novembre 2014

Merkel, Sarkozy, Berlusconi...version non-censurée de la crise

Les Echos - le 14/11/2014

mercredi, 7 août 2013

La zone euro doit maintenant apprendre à se passer du FMI

Point de vue de Stéphane  Cossé - Les Echos du 07/08 | 2013

Le recours au FMI pour sauver la zone euro a permis aux Etats européens de détourner en partie l'impopularité des mesures et de disposer d'un outil financier éprouvé. Maintenant qu'ils ont leurs propres mécanismes, ils peuvent s'en passer.


mon commentaire :

Alors que la zone euro n'arrive pas actuellement à mobiliser à temps 50 à 60 Mds d'euros, elle se priverait ainsi volontairement des possibilités financières tout à fait exceptionnelles du FMI en cas de crise ! En effet, en novembre 2011 les pays du G 20 se sont engagés à donner à l'avenir au FMI toutes les ressources nécessaires pour lui permettre de faire face aux crises financières les plus graves.

Qu'on se rappelle les sommes mobilisées en 2007 et 2008 par les Etats, les banques centrales. Demain, les montants impliqués dans une crise mondiale seront plus importants encore mais cette fois avec des Etats exsangues des banques centrales saturées de risques qui ne pourront plus intervenir de façon suffisante. Et toute la solidarité européenne affichée n’y suffira pas ! Il faudra donc faire appel en urgence au FMI armé pour cela.
Tout le monde le ferait sauf la zone euro ?

Voir mon article « l’Europe veut se passer du FMI. On croit rêver. » Le Cercle - Les Echos du 21-07-2013

______________________________________________

Commentaire repris dans presseurop.eu avec un ajout- indiqué en italique-  rendu possible par l'absence de la contrainte des 1000 signes dans Le Cercle-Les Echos.


MichelCastel  08.08.2013 |

Alors que la zone euro n'arrive pas actuellement à mobiliser à temps 50 à 60 Mds d'euros, elle se priverait ainsi volontairement des possibilités financières tout à fait exceptionnelles du FMI en cas de crise ! En effet, en novembre 2011 les pays du G 20 se sont engagés à donner à l'avenir au FMI toutes les ressources nécessaires pour lui permettre de faire face aux crises financières les plus graves. Dommage que l'auteur ne mentionne pas ce fait qui ne limite pas les interventions du FMI aux seuls problèmes de balance des paiements comme il est écrit.

Pour ce qui concerne les crises financières systémiques, qu'on se rappelle les sommes mobilisées en 2007 et 2008 par les Etats, les banques centrales. Demain, les montants impliqués dans une nouvelle crise mondiale seront plus importants encore mais cette fois avec des Etats exsangues des banques centrales saturées de risques qui ne pourront plus intervenir de façon suffisante. Et toute la solidarité européenne affichée n’y suffira pas ! Il faudra donc faire appel en urgence au FMI armé pour cela.

Tout le monde le ferait sauf la zone euro ?

Pour une analyse plus fouillée; voir mon article « l’Europe veut se passer du FMI. On croit rêver. »Le Cercle - Les Echos du 21-07-2013

mardi, 23 avril 2013

Pourquoi le PS (belge) est prêt à débattre de l'indexation

L'Echo - le 22 avril 2013 

article de Christophe De Caevel

Le mécanisme d’indexation automatique des salaires reste "sacré" pour les socialistes francophones, mais ses modalités pourraient être revues pour le rendre "plus performant".

mon commentaire :

 

il y a long­temps que l'Union Eu­ro­péenne pousse for­te­ment à la de­sin­dexa­tion des sa­laires. Ef­fec­ti­ve­ment elle n' a pas tort quand l'in­dexa­tion est sans nuances. Celle-ci peut ame­ner à des si­tua­tions d'échelle de per­ro­quet non mai­tri­sables comme cela a été au Bré­sil dans les an­nées 60.

Mais alors pour­quoi ne rien dire sur le dé­ve­lop­pe­ment très si­gni­fi­ca­tif des émis­sions d'obli­ga­tions in­dexées des Etats de l'OCDE comme des pays émer­gents ? N'y a t-il pas le même type de dan­ger en ayant une dette qui mé­ca­ni­que­ment ne pourra ja­mais être lé­gè­re­ment gri­gno­tée par l'in­fla­tion alors qu'on sait bien que le stock de dettes est tel­le­ment dé­con­necté des éco­no­mies réelles qu'il fau­dra bien jouer sur ce pa­ra­mètre. Mêmes des po­si­tions énon­cées au sein du FMI, et les po­li­tiques ré­centes de la Banque d'An­gle­terre et du Japon vont dans ce sens.

Y au­rait -il deux poids et deux me­sures: la dés­in­fla­tion com­pé­ti­tive des sa­laires d'une part et la sanc­tu­ri­sa­tion des ren­de­ments réels de l'épargne d'autre part ?

jeudi, 28 mars 2013

Et maintenant il faut donner un avenir à Chypre

Les Echos du 28-03- 2013 - Le commentaire de Jacques Delpla

Il faut un plan global de paix et une réunification de l'Ile.

mon commentaire :

Bravo à l'auteur pour cet article.

L'appel à l'histoire - pas si ancienne que cela - pour mieux éclairer ce qui est en jeu et pour esquisser des pistes de solution est particulièrement bienvenu.
Souhaitons qu'il soit lu et médité par le plus grand nombre de lecteurs possible.

- page 1 de 10