MichelCastel.com

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Dettes publiques

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi, 19 novembre 2018

Libérez l'investissement vert - réponses aux objections les plus fréquentes

Suite à l’appel à libérer l’investissement vert lancé début septembre avec l’appui d’Alternatives Economiques, j’ai reçu de très nombreuses contributions, questions et objections. Signé par plus de 150 personnalités politiques, de la société civile ou du monde économique, cet appel demande au gouvernement de lancer un grand programme d’investissement public en faveur de la transition écologique et bas carbone, dont le montant serait isolé du calcul du déficit budgétaire. Plus précisément, il s’agirait d’exclure du déficit, pour ces investissements, leur montant net et d’y inclure les charges d’intérêt et la dépréciation du capital (équivalente à l’amortissement pour une entreprise). J’ai référencé dans cet article les principales objections et voici les réponses que je leur apporte. 

 

Mon commentaire du 28 octobre 2018 :

Votre proposition d’émettre des obligations publiques pour la transition énergétique à hauteur de 1% du PIB vise à s’élargir à l’ensemble des pays de l’Union Européenne ou du moins à ceux qui voudront bien s’y engager  » rien n’ empêche la France avec les autres Etats membres convaincus, d’engager dès à présent des négociations pour libérer l’investissement vert au niveau de l’Union européenne  » écrivez-vous.

Cette préconisation est plus particulièrement valable pour les 19 pays de la zone euro. Elle devrait devenir un objectif comme celui portant sur le déficit budgétaire structurel; au moins aussi important que lui sinon plus, ce dernier ne devant plus, à tout le moins, être apprécié sans sa prise en considération.

Dès lors il paraîtrait utile de dire que chaque pays est libre d’y recourir ou non… mais pas sans condition. Uniquement lorsque pays est dans une trajectoire lui permettant de respecter les objectifs climatiques de 2030; sinon il devrait augmenter sa dépense publique à due concurrence. Et la bien sûr, je pense à la » vertueuse » Allemagne, même si, hormis son recours au charbon, elle serait plutôt exemplaire !

Ce que vous dites sur la perception qu’en auraient les marchés est pertinent et s’il y avait un jour une défiance sur une signature ce ne sera par sur cette base (qui serait commune à un grand nombre de pays de l’Union) mais sur des considérations beaucoup plus générales propres à cette signature. Et bien sûr on pense plus spécialement actuellement à l’Italie.

jeudi, 4 octobre 2018

Les cinq ingrédients qui préparent la crise de 2020

Les Echos- Nouriel Roubini - article du 04/10/2018

" Dix ans après la chute de Lehman Brothers en 2008, le risque d'une nouvelle déflagration est à nouveau élevé. Et, cette fois, les Etats surendettés ne disposent plus des mêmes armes pour y faire face".

Mon commentaire :

Tous les ingrédients sont réunis pour qu'il y ait une crise financière dans les 2 à 3 ans qui viennent, sans doute plus grave qu'en 2007/2008 par la disparition des marges de manoeuvre pour la plupart des états. Pour faire bonne mesure il ne faut pas oublier que pendant ces périodes il n'y a plus de projets significatifs ni d'argent pour financer les investissements lourds et longs avant d'être rentables. Parmi les grandes victimes il y aura le financement de la transition énergétique, du traitement de la pollution et des déchets, de l'accès à l'eau notamment. La fin programmée des politiques accommodantes des banques centrales doit impérativement prendre en considération ces besoins. Voir une proposition concernant les refinancements :
https://www.linkedin.com/pulse/pour-vraiment-verdir-le-financement-de-l%C3%A9conomie-michel-castel/ 

mercredi, 20 avril 2016

Sauver la Grèce pour sauver l'Europe

   Editorial de Guillaume Maujean - Les Echos du 20 avril 2016 _ 

et  l'article des Echos du même jour " L'Argentine signe un retour triomphal sur les marchés après 15 ans d'isolement" 

"On peut tirer une leçon de la crise argentine : il y a une vie après le défaut de paiement"

mon commentaire :

"Il y a une vie après le défaut de paiement " écrit l'éditorialiste. Oui mais c'est après quinze ans; une demi génération ! Certes l'Argentine est loin d'être un modèle de vertu mais quelle économie peut vraiment se développer si elle est coupée des marchés financiers pendant quelques années alors que les marchés financiers tant en interne qu'en externe déterminent maintenant le financement de l'essentiel des appareils productifs et des Etats.
Et puis ce succès ne peut pas être acté sans mentionner que cette grosse demande vient largement du fait que le rendement offert est de 7,5 % à 10 ans alors que celui des émissions des pays dits sûrs est très très faible. Qu'en aurait -il été si les investisseurs qui ne savent plus où placer leurs capitaux- amenés à presque subventionner les meilleures signatures- avaient des conditions normales de rémunération ?

samedi, 15 novembre 2014

Merkel, Sarkozy, Berlusconi...version non-censurée de la crise

Les Echos - le 14/11/2014

mercredi, 7 août 2013

La zone euro doit maintenant apprendre à se passer du FMI

Point de vue de Stéphane  Cossé - Les Echos du 07/08 | 2013

Le recours au FMI pour sauver la zone euro a permis aux Etats européens de détourner en partie l'impopularité des mesures et de disposer d'un outil financier éprouvé. Maintenant qu'ils ont leurs propres mécanismes, ils peuvent s'en passer.


mon commentaire :

Alors que la zone euro n'arrive pas actuellement à mobiliser à temps 50 à 60 Mds d'euros, elle se priverait ainsi volontairement des possibilités financières tout à fait exceptionnelles du FMI en cas de crise ! En effet, en novembre 2011 les pays du G 20 se sont engagés à donner à l'avenir au FMI toutes les ressources nécessaires pour lui permettre de faire face aux crises financières les plus graves.

Qu'on se rappelle les sommes mobilisées en 2007 et 2008 par les Etats, les banques centrales. Demain, les montants impliqués dans une crise mondiale seront plus importants encore mais cette fois avec des Etats exsangues des banques centrales saturées de risques qui ne pourront plus intervenir de façon suffisante. Et toute la solidarité européenne affichée n’y suffira pas ! Il faudra donc faire appel en urgence au FMI armé pour cela.
Tout le monde le ferait sauf la zone euro ?

Voir mon article « l’Europe veut se passer du FMI. On croit rêver. » Le Cercle - Les Echos du 21-07-2013

______________________________________________

Commentaire repris dans presseurop.eu avec un ajout- indiqué en italique-  rendu possible par l'absence de la contrainte des 1000 signes dans Le Cercle-Les Echos.


MichelCastel  08.08.2013 |

Alors que la zone euro n'arrive pas actuellement à mobiliser à temps 50 à 60 Mds d'euros, elle se priverait ainsi volontairement des possibilités financières tout à fait exceptionnelles du FMI en cas de crise ! En effet, en novembre 2011 les pays du G 20 se sont engagés à donner à l'avenir au FMI toutes les ressources nécessaires pour lui permettre de faire face aux crises financières les plus graves. Dommage que l'auteur ne mentionne pas ce fait qui ne limite pas les interventions du FMI aux seuls problèmes de balance des paiements comme il est écrit.

Pour ce qui concerne les crises financières systémiques, qu'on se rappelle les sommes mobilisées en 2007 et 2008 par les Etats, les banques centrales. Demain, les montants impliqués dans une nouvelle crise mondiale seront plus importants encore mais cette fois avec des Etats exsangues des banques centrales saturées de risques qui ne pourront plus intervenir de façon suffisante. Et toute la solidarité européenne affichée n’y suffira pas ! Il faudra donc faire appel en urgence au FMI armé pour cela.

Tout le monde le ferait sauf la zone euro ?

Pour une analyse plus fouillée; voir mon article « l’Europe veut se passer du FMI. On croit rêver. »Le Cercle - Les Echos du 21-07-2013

- page 1 de 11