MichelCastel.com

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Placement près des ménages

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi, 6 février 2010

La troisième crise, la vraie

En réaction à l'article "La troisième crise, la vraie"

  Les Echos [ 05/02/2010] par Eric Le Boucher 


Excellente analyse de Jean-Pierre Auby dans son commentaire . Pour réussir il faut certes une BCE ouverte mais aussi d'urgence desserrer la contrainte qu'imposent les marchés. Non, actuellement ils "ne peuvent arguer qu'ils représentent les fonds de pension, c'est-à-dire les retraites des citoyens !" La plume d'Eric Le Boucher s'est emballée !
La question existe réellement, il a raison, mais la spéculation sans vergogne qui teste la solidarité de l'Europe sans trop s'émouvoir de la dette US (-3% environ hier en Europe, + 0,10 aux USA par exemple) n'est pas en train de défendre les futurs orphelins des retraites.
Comment desserrer cette contrainte?

D'urgence il faut favoriser :

1-le placement direct de bons du Trésor auprès des ménages (Londres et Rome s'y emploient);

2- demander aux banques de respecter un plancher de bons du trésor (en fonction de leurs dépôts)à des taux en ligne avec ceux de la BCE, en contrepartie du financement que les Etats ont dû faire à leur place depuis 2ans;

3- que les Etats soient responsables.

vendredi, 5 février 2010

Euro - Un scénario à la Lehman

En réaction à l'article : "Euro - un scénario à la Lehman"
Les Echos - [05:02:2010]  par François Vidal

"les dirigeants de la zone euro ne peuvent pas s'abstraire de la pression de marché, tant les besoins de financement de leurs pays restent importants" écrit F.Vidal. 

Exact, mais l'urgence serait pourtant de réduire progressivement cette dépendance en limitant le poids de la dette négociable sur les marchés et surtout le rôle des investisseurs institutionnels, comme cela était encore le cas il y a 15-20 ans avant la marchéisation généralisée de la finance.

Offrir aux ménages l'achat direct d'obligations comme Rome et Londres tout récemment réduirait la volatilité. Offrons leur aussi des bons du Trésor sur formule. Mais surtout, comme les banques prêtent moins demandons leur de respecter un plancher de bons du trésor (en fonction de leurs dépôts) à des taux en ligne avec ceux de la BCE puisque les Etats ont dû prendre leur relais.
C'est d'autant plus urgent que la BCE ne peut pas acheter directement de dettes publiques contrairement aux banques centrales américaine et anglaise.

page 2 de 2 -