MichelCastel.com

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Traité de Maastricht

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi, 16 février 2010

Recommencer l'Europe

[ 16/02/10]  "Recommencer l'Europe" -La Chronique de Jean Marc Vittori -  Les Echos

L'Europe est donc venue au secours de la Grèce. Il était temps. Mais devait-elle vraiment agir ainsi ? ...


 Réaction à cette chronique   :

"Non, décidément, cette Europe-là ne tourne pas rond. Il faut faire autrement. Développer enfin des mécanismes de solidarité… mais ça risque d'être trop compliqué. Mieux vaut recommencer à quelques-uns. La France, l'Allemagne, la Belgique, l'Italie, le Luxembourg, et les Pays-Bas. On pourrait baptiser ce petit groupe le Comité européen pour construire l'avenir" dites-vous.

C'est séduisant. La cohésion et la solidarité seraient plus faciles... encore que ! Un ancrage politique adosserait enfin une monnaie, car c'est là la logique ultime de cette configuration : 6 voire 10 Etats au maximum feraient l'euro. Un euro fort, future grande monnaie de réserve. Mais ce serait de facto très vite rejeter les 17 autres pays de l'Union.

Le continent déjà bousculé par la nouvelle géopolitique ne s'en relèverait pas et pourrait connaître à nouveau les pires dangers. Il ne faut pas désespérer les nouveaux Billancourt ! Il faut en passer par la solidarité avec tous.



Fichier proposé : Fichier joint (DOC)



mardi, 30 juin 2009

Remédier au risque pays dans la zone euro - proposition

Article paru dans la Revue EUREDIA 2009/1

EUREDIA est une revue trimestrielle, en langue française et anglaise, publiée aux Editions Bruylant, sous l'égide de  l'Association Européenne pour le Droit bancaire et financier.

 euredia.univ-lyon3.fr

Résumé

La crise a obligé les Etats à jouer un rôle de préteur en dernier ressort. Les marchés auprès desquels ils doivent se financer s'inquiètent maintenant de la montée des dettes publiques et, de ce fait,  pour la zone euro, commencent à tester la solidarité des pays membres.
Alors que le FMI peut difficilement intervenir dans cette zone et que les institutions européennes interdisent une intervention directe de la BCE ainsi que tout soutien communautaire à un ou plusieurs pays membres, l'auteur préconise de chercher les moyens permettant de réduire cette dépendance vis-à-vis des marchés.
La technique longtemps utilisée en France, à savoir fixer un  plancher de bons du trésor pour les banques de la zone serait sans doute une des plus efficaces et ne nuirait pas au bon fonctionnement desdites banques.