MichelCastel.com

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi, 20 mars 2020

Coronavirus : l'inadmissible sous-emploi des cliniques

" Nous avons dix lits armés, avec des respirateurs, des anesthésistes-réanimateurs des infirmières de réanimation.
Ils sont prêts depuis vendredi mais ils sont vides car on ne nous a pas envoyé de malades, ce que je n'explique pas"
Christian Matrat - Directeur Général de la Fondation Saint Vincent à Strasbourg.

Il faut absolument lire cet article des Echos d'où est extrait cette déclaration :

 http://lirelactu.fr/source/les-echos/915b3e3d-998a-4181-864c-3a890670d476  


Par ailleurs l'article du Parisien du 15 juin 2019 faisait pourtant déjà le point sur les capacités d'accueil en urgences des cliniques. Cela ne pouvait pas être ignoré de qui de droit.

http://www.leparisien.fr/economie/urgences-sante-n-hesitez-pas-a-vous-rendre-dans-une-clinique-15-06-2019-8093739.php  

il y est notamment indiqué : (...)
Il y a d'abord le problème du « 15 », ce numéro d'appel unique que les patients contactent en cas de soucis de santé pour être conseillés et renvoyés éventuellement vers un service. « C'est historique : le 15 renvoie presque toujours sur l'hôpital », regrette le président de la FHP.

Pendant ce temps là on a mobilisé un Airbus de l'armée pour transféré 6 malades de Mulhouse vers les hôpitaux militaires de Toulon et de Marseille !!! et des gens meurent .

Tout cela est révulsant  

mardi, 17 mars 2020

Coronavirus : les pharmaciens peuvent renouveler les traitements chroniques malgré l'expiration des ordonnances



Les pharmacies peuvent renouveler les ordonnances expirées jusqu'au 31 mai
suite à un décret publié au Journal officiel le 15 mars :

  
Donc si vous avez un rendez-vous prochainement uniquement pour renouveler
un traitement vous pouvez l'annuler.

Dommage que les médias ne fassent pas davantage connaître cette mesure
alors qu'elle concerne des centaines de milliers de personnes et qu'elle pourrait
leur éviter de s'inquiéter (comme moi) et d'encombrer inutilement
les secrétariats médicaux .